Retour aux nouvelles

20 Juillet 2016

Les 7 éléments qui influencent le langage corporel d'un candidat

Les 7 éléments qui influencent le langage corporel d'un candidat

En entrevue d’embauche, l’observation du non verbal pose plusieurs défis. Il est possible que votre candidat réagisse à ce que vous venez de dire, mais aussi à ce qui se passe autour de lui, à des facteurs externes ou même par ses propres pensées. Or, une mauvaise interprétation des éléments observés pourrait biaiser vos perceptions. C’est pourquoi, avant de porter un jugement, il faut considérer chacun des sept «M» qui peuvent influencer le langage corporel!

1. Moi

Le candidat réagit en fonction de ce qu’il ressent par rapport à vous. Sans même dire un mot, votre personnalité le fait réagir. C’est d’ailleurs ce qui explique le «biais d’autorité» : en présence de certains corps de métier, comme les policiers, les médecins ou les dentistes, par exemple, certaines personnes ressentent un stress, qui peut être visible. C’est aussi pour cette raison que le langage corporel de certains candidats, en entrevue d’embauche, se modifie à la simple vue du grand patron de l’organisation.

2. Message

Vous connaissez l’expression «Ne tirez pas sur le messager!». Évidemment, votre interlocuteur va réagir à ce que vous dites, à la teneur de vos propos, mais il peut aussi réagir au choix de certains mots, qui n’ont peut-être pas la même signification pour lui. Pour en savoir plus sur le sujet, je vous encourage d’ailleurs à étudier les notions de communication non violente proposées par Mashall B. Rosenberg et Thomas d'Ansembourg. 

3. Mémoire

Le langage corporel du candidat ne semble pas aller avec la conversation que vous tenez? Peut-être est-il simplement perdu dans ses pensées. Il ne réagit pas à ce que vous dites, mais bien à ce qu’il pense. Un mot peut lui avoir rappelé qu’il n’a pas mis suffisamment d’argent dans le parcomètre, ou qu’il doit terminer la rédaction d’un rapport. Il réagit donc à ce qui lui est revenu en mémoire.

4. Mime

Il arrive que l’interlocuteur mime le comportement non verbal qui devrait être attendu de lui, ou qu’il juge approprié dans ce type de situation. C’est le cas en entretien d’embauche, alors que le candidat adopte une position parfaite : le dos droit, les mains sur les genoux, le sourire un peu figé.

5. Masque

Lorsque votre interlocuteur ne souhaite pas dévoiler son état d’esprit ou ce à quoi il pense, il camoufle son émotion réelle. Il porte alors un masque. En entretien d’embauche, on le remarque notamment quand il est question des raisons du départ dans l’emploi précédent; ce qui est tout à fait logique si un conflit de personnalités ou une situation de harcèlement a été vécu.

6. Matrice

Le son de la ventilation, la température d’une pièce, les échos de la réunion dans la salle d’à côté, le confort des meubles sont autant d’éléments extérieurs qui peuvent affecter le langage corporel. Le candidat réagit à son environnement, à ce qui se passe autour de lui.

7. Moi intérieur

N’oubliez jamais que votre candidat peut être affecté par un mal de tête, des nausées, une douleur au dos, une mauvaise digestion; bref, par des éléments internes à son propre corps. Il ne l’affichera pas forcément de façon explicite, mais, pour un œil averti, des signes d’inconfort peuvent alors être visibles.

Peu importe le contexte, il vous faut toujours identifier ce à quoi votre interlocuteur réagit. Or, trop souvent, nous interprétons le comportement de l’autre en fonction de nous, de notre message, de notre émotion, sans tenir compte de son état. La clé pour éviter les malentendus? Posez des questions ouvertes. Ne tenez jamais pour acquis que vous savez à quoi pense le candidat!

Source Jobboom