Retour aux nouvelles

03 Juillet 2018

Tolérance zéro pour le pot au travail

Tolérance zéro pour le pot au travail

Le Groupe AIM a profité de la légalisation du cannabis au Canada pour implanter sa politique de tolérance zéro aux quatre coins de la planète, alors que la majorité des entreprises d’ici ne sont pas prêtes.
« Nous avons implanté récemment notre politique à nos sites du Mexique, de la Chine, de Hong Kong et de l’Inde. Elle sera sous peu déployée dans nos sites de la Pologne et du Royaume-Uni », a indiqué hier Geneviève Fafard, directrice des ressources humaines pour AIM Solder.
Aux États-Unis aussi, l’entreprise, spécialisée dans la récupération et la transformation de métaux, déploiera sous peu sa politique de tolérance zéro. Cette initiative survient à un moment où l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés dévoile que la moitié des organisations sont peu ou pas du tout prêtes à faire face à la légalisation du cannabis et à ses impacts.


« Nous, on est assez confiants. On est prêts. Nos gens sont formés. Est-ce qu’on est prêts à 100 % ? Probablement pas. Cela serait faux de dire qu’on est prêts à toute éventualité. Je pense qu’on s’est donné tous les moyens qu’on pouvait pour faire face à la musique », a ajouté Mme Fafard.
Pour se préparer en vue du 17 octobre, AIM estime avoir investi près de 25 000 $ en formation et en frais de justice.


« Ça fait un an qu’on travaille sur ce projet-là. On ne voulait pas attendre à la dernière minute pour lancer tout cela, car on a quand même 2500 employés à travers le Canada et la planète. On voulait être prêts », a-t-elle continué.


Dans un premier temps, tous les gestionnaires ont été formés. Par la suite, chaque employé a dû signer un accusé de réception de la politique de tolérance zéro. Pour elle, c’est clair qu’il y aura des impacts.
« On parle tous de cela à la maison et à l’extérieur du travail. J’entends qu’il y a beaucoup de gens qui vont vouloir essayer parce que c’est légal. Je pense que ça va avoir des retombées drastiques et rapides. À mon avis, l’impact sera très grand. »


Tous les sites d’AIM sont équipés de tests de dépistage Multi-D. D’ailleurs, le fournisseur de tests, Alco Prévention Canada, estime que les ventes ont explosé.


« On en vend beaucoup. C’est la folie présentement. La demande est extraordinaire. On va sortir un test au cours des prochaines semaines pour les consommateurs qui veulent se tester chez eux », a affirmé Stéphane Maurais, directeur général d’Alco Prévention Canada.


À la chasse aux odeurs

Les gestionnaires de Groupe AIM possèdent aussi un équipement destiné à prélever les odeurs dans les cabines de ses camions au besoin. Toutefois, le doute ne sera pas suffisant pour demander à un employé de se soumettre au test de dépistage, selon M. Maurais.


« Il faut que la personne occupe un poste où la sécurité est un enjeu. On ne pourrait pas tester une secrétaire, par exemple, sur la simple base que l’on a un doute », a-t-il poursuivi.
Mme Fafard ne cache pas que l’application de la politique de tolérance zéro fait peur aux gestionnaires, qui font face à l’inconnu.

Une préoccupation partagée

Près de 74 % des conseillers en ressources humaines sont préoccupés d’un point de vue professionnel et 85 % estiment qu’il y aura effectivement des impacts ressentis dans leur milieu de travail.
Seulement 60 % des organisations sondées en 2018 confirment avoir une politique d’intervention. M. Maurais rappelle que les employeurs ont le devoir légal d’offrir un environnement de travail sécuritaire. En même temps, plusieurs craignent les poursuites qui pourraient découler de la mise en application de leur politique et des tests de dépistage qui seront exigés.

Les 5 étapes pour être prêt :
1. Se doter d’une politique de tolérance zéro qui encadre les règles de conduite, pour protéger l’entreprise et les employés.
2. Former les gestionnaires sur leurs droits et leurs obligations d’offrir un milieu de travail sécuritaire.
3. Être capable de reconnaître les signes d’une personne sous l’influence de la drogue.
4. Offrir un programme d’aide aux employés.
5. Informer les employés de la mise en place de la politique de tolérance zéro et des conséquences qui en découlent en cas de non-respect.
Source : Alco Prévention Canada

Les conseillers en RH sont inquiets

 ¾ des conseillers en ressources humaines agréés sont préoccupés par la légalisation du cannabis
 85 % estiment que la légalisation aura des impacts sur leur milieu de travail
 4 % estiment que l’usage de drogue est TRÈS problématique actuellement
 35 % UN PEU problématique
 62 % PAS DU TOUT problématique

 Pour consulter l'article de JDQ, cliquez ici