Retour aux nouvelles

08 Février 2017

Tout le monde veut aller au ciel, mais personne ne veut mourir

Tout le monde veut aller au ciel, mais personne ne veut mourir

Depuis quelques années, je fais beaucoup de veilles sur Internet et je m’aperçois que les conseils, les séminaires, les colloques et les formations foisonnent au sujet des savoirs que devraient détenir les patrons, les entrepreneurs et les gestionnaires. Cette observation m’a interpellée et je vous partage aujourd’hui ma réflexion.

Nous devrions tous, dit-on, être experts en gestion allégée (lean management), écoresponsables, sur les réseaux sociaux, compétitifs, de bons patrons et les meilleurs dans tout. Nous voulons nous rendre au ciel, conquérir des sommets et atteindre le plus haut niveau d’excellence et de compétences. C’est souvent un défi à porter au quotidien.

Il faut se trouver en tête de la parade et partout à la fois, être un employeur de marque et un expert en marketing, augmenter nos ventes et notre profitabilité, et j’en passe. Les choses vont très vite de nos jours et l’accélération ne sera pas remplacée par des freinages. Le ciel, lui, peut être différent pour chacun; il représente l’absolu, l’objectif ultime ou le paradis. Il est conditionné par nos propres valeurs et nos perspectives. Il ne faut pas atteindre le ciel des autres, mais bel et bien le sien.

Dans ce contexte, mourir signifie accepter de changer et de laisser derrière nous nos vieilles habitudes. C’est souvent se transformer. Dans le processus de l’évolution, on ne peut pas y faire grand-chose; il faut s’améliorer et se rendre un peu plus loin. « Rien n’est permanent, sauf le changement », a dit Héraclite. Apprivoisez cette phrase et vous ne verrez plus jamais le changement comme quelque chose de négatif, mais plutôt comme une constante dans votre vie! Si vous sentez que vous tournez en rond, faites demi-tour — vous continuerez à marcher en cercle, mais en allant dans l’autre sens, vous verrez les choses sous un nouvel angle.

Une chose est sûre : pour continuer, plusieurs chemins sont possibles. Vous pouvez prendre la voie rapide, la voie de desserte ou le chemin de campagne. Ils vous mèneront tous à bon port, mais pas à la même vitesse. Le moyen de transport change aussi le trajet. On ne peut pas tous être propriétaire d’un jet, et il existe des moyens moins rapides, mais plus écologiques, de se déplacer. (Opinion éditoriale!)

Si vous désirez améliorer vos compétences, vos connaissances et vos aptitudes, une foule de formations sont offertes. Elles peuvent vous faire voir autre chose; vous faire regarder soit plus loin, soit plus proche, mais regarder, c’est déjà voir davantage. L’objectif est de vous faire avancer. On ne grandit pas dans la facilité, comme le dirait Paul Rousseau, mais on n’est pas obligé de se faire du mal — ou du moins pas trop!

Alors, emboîtez le pas vers le perfectionnement de vos compétences. C’est déjà un bon pas. Votre ciel sera atteint, sans nécessairement que vous y laissiez votre peau.

Bonne réflexion.

Rejoignez le plus grand réseau de spécialistes en environnement au Québec!

Pour l’article complet : http://bit.ly/2kHN8BJ